Chirurgie implantaire


Qu’est ce qu’un implant dentaire?

Lorsqu’une ou plusieurs dents sont manquantes, il est nécessaire de les remplacer afin de ne pas déstabiliser la denture et par la suite tout le complexe oro-facial. Plusieurs solutions existent, notamment la prothèse amovible, la prothèse conjointe (bridge) ou la prothèse fixe implanto-portée. Les implants dentaires peuvent également être choisis afin de stabiliser une prothèse adjointe complète. Quelques fois, un premier temps chirurgical de greffe osseuse peut s’avérer nécessaire pour permettre quelques mois plus tard de poser l’implant dentaire dans de bonnes conditions de stabilité.

Il faut savoir que la chirurgie implantaire et tous les examens (CT cone-beam, panoramique) ou gestes qui l’entourent (greffe, sinus lift) ne sont pas, à l’heure actuelle, pris en charge par l’Assurance Maladie. De ce fait, aucune prestation financière n’est à attendre des Caisses d’Assurance Maladie.

La chirurgie implantaire a généralement lieu sous anesthésie locale, sauf lorsque plusieurs implants sont à poser ou si d’autres gestes sont associés.

Le plus souvent, c’est votre chirurgien-dentiste qui vous conseillera leur prise en charge en chirurgie maxillo-faciale.


La consultation avant la pose d’un implant dentaire

Avant l’intervention chirurgicale, vous devez consulter votre chirurgien muni d’un examen radiographique (panoramique dentaire). Votre chirurgien détermine, en accord avec votre chirurgien-dentiste et vous-même, le projet implantaire et/ou prothétique qui vous correspond le mieux. Un examen complémentaire type CT cone-beam (examen radiographique 3D) est requis afin de préciser la quantité osseuse disponible. De plus, il détermine en cas de localisation mandibulaire, les rapports avec le nerf alvéolaire inférieur (qui chemine au sein de la mandibule), et en cas de localisation maxillaire, la distance avec le sinus maxillaire (cavité aérique).

Une consultation pré anesthésique est obligatoire en cas d’anesthésie générale ou de neuroleptanalgésie. Un bain de bouche antiseptique doit être réalisé avant l’intervention.


La pose d’un implant dentaire

Elle est généralement réalisée sous anesthésie locale pure. En cas d’anesthésie plus lourde (locale avec neuroleptanalgésie ou anesthésie générale), celle-ci est compatible avec une hospitalisation en secteur ambulatoire (vous ne restez pas hospitalisé la nuit).

La durée de l’intervention est variable en fonction du nombre d’implants posés et de la nécessité de gestes complémentaires (voir chirurgie pré-implantaire).

Une incision de la gencive supérieure ou inférieure peut être réalisée (en fonction de la localisation) dans le but d’exposer la zone à implanter.

En fonction des cas, soit le pilier de cicatrisation (partie visible fixée sur l’implant) est mis en place directement sur l’implant, soit l’implant est enfoui sous la gencive et le pilier sera mis en place 3-4 mois plus tard lors d’une seconde intervention.

En fin d’intervention, les incisions sont refermées à l’aide de fils de suture résorbables en 15 jours environ.


Après la pose d’un implant dentaire

SUITES OPERATOIRES

  • diminution ou perte de sensibilité transitoire de la lèvre supérieure et inférieure,
  • petits saignements,
  • douleurs au niveau des zones opérées,
  • gonflements et ecchymoses au niveau des bas joues et du cou.

Des traitements antalgiques sont prescrits afin d’atténuer la douleur, ainsi que des antibiotiques afin de limiter le risque de complications infectieuses. Des poches de glace peuvent être appliquées sur les joues pendant 48-72h afin de limiter le gonflement et les douleurs. L’alimentation doit être plutôt molle, froide, non épicée et non acide pendant 15 jours. Des exercices d’auto rééducation vous seront donnés et enseignés. L’hygiène buccale est essentielle. Un brossage des dents avec une brosse à dent souple, associé à des bains de bouche antiseptiques et des jets dentaires après chaque repas devra être impérativement observé pendant 15 jours. L’alcool, le tabac et les aliments irritants devront être évités pendant la phase de cicatrisation (15 à 21 jours).

Si vous êtes porteur d’une prothèse, vous ne pourrez la porter le temps de la cicatrisation muqueuse en bouche (au moins 15 jours). Ensuite, elle pourra être portée, uniquement si elle n’appuie pas trop sur les zones greffées.

Les sports à risque de traumatismes sont contre indiqués pendant 2 mois.

L’arrêt de travail est en règle générale de deux semaines.

L’ostéointégration (c’est-à-dire la cicatrisation à l’intérieur de l’os des implants) est obtenue 4 à 6 mois après l’intervention. Ensuite, en fonction du projet initial, votre chirurgien-dentiste pourra réaliser les couronnes ou la prothèse sur les implants.


COMPLICATIONS

Celles-ci peuvent survenir, alors même que la chirurgie est correctement réalisée:

  • diminution ou perte de sensibilité de la lèvre supérieure et inférieure,
  • désunion de cicatrice,
  • rejet et échec des implants (non-ostéointégration),
  • risque de fracture mandibulaire irradiée (« bad split »),
  • risque de fracture maxillaire ou irradiée aux structures avoisinantes y compris la base du crâne,
  • retard de consolidation osseuse,
  • risque de saignement important jusqu’à 6 semaines post opératoires,
  • risque d’infection des sites opératoires (péri-implantite),
  • risque de bride endobuccale.

En cas de survenue d’une de ces complications, vous devrez en urgence reconsulter votre chirurgien. Une seconde intervention peut s’avérer nécessaire.



Retour en haut de la page

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close