Chirurgie de la glande parotide ou des autres glandes salivaires


Quelles sont les glandes salivaires et quelles sont ses pathologies?

Les glandes salivaires sont réparties en 2 groupes :

  • glandes salivaires principales, paires et symétriques : glandes parotides, glandes sub-mandibulaires et glandes sub-linguales ;
  • glandes salivaires accessoires qui tapissent l’ensemble de la cavité orale.

Les glandes salivaires peuvent être atteintes par 2 grandes entités pathologiques:

  • les lithiases (calculs) salivaires, principalement au niveau de la glande sub-mandibulaire située dans le cou ;
Scanner montrant un calcul dans 2 calculs dans le plancher buccal gauche
  • les tumeurs, le plus souvent bénignes, mais parfois cancéreuses, principalement au niveau de la glande parotide, située latéralement au niveau de la joue et en avant de l’oreille ; mais aussi au niveau des glandes salivaires accessoires.
IRM montrant une tumeur de la glande parotide droite

La chirurgie des lithiases concerne donc principalement la glande sub-mandibulaire. Elle consiste à retirer le calcul électivement par voie orale ou bien toute la glande si nécessaire.

La chirurgie des tumeurs des glandes salivaires est variable selon la localisation et le type tumoral. Un bilan d’imagerie préalable est nécessaire. Une exérèse complète ou partielle de la glande comprenant la tumeur est souvent indiquée. Une chirurgie ganglionnaire peut être aussi recommandée en cas de tumeur à potentiel malin.


Avant la chirurgie de la parotide ou des autres glandes salivaires

Avant l’intervention chirurgicale, vous devez consulter votre chirurgien muni d’un bilan d’imagerie, si tel n’est pas le cas, il sera prescrit lors de la première consultation (panoramique dentaire et échographie cervicale si suspicion de lithiase/ TDM cervico-faciale et IRM parotidienne si suspicion de tumeur). Votre chirurgien décidera en fonction de la pathologie suspectée et du bilan d’imagerie, l’indication d’exérèse et son caractère plus ou moins urgent. Une consultation pré anesthésique est obligatoire en cas d’anesthésie générale ou de neuroleptanalgésie (anesthésie semi profonde sans intubation associée à une anesthésie locale).

Un bain de bouche antiseptique doit être réalisé le matin de l’intervention et vous devez rester à jeun au moins 6 h avant la chirurgie.


La chirurgie de la parotide ou des autres glandes salivaires

Elle peut être réalisée sous neuroleptanalgésie (anesthésie semi profonde sans intubation associée à une anesthésie locale) en cas de petite lithiase salivaire, ou sous anesthésie générale. Cette intervention peut être très rapide ou nécessiter plusieurs heures en fonction du volume de la lésion et de la nécessité d’une chirurgie d’exérèse complète de la glande plus ou moins associée à un évidemment ganglionnaire (ablation des ganglions cervicaux en cas de tumeurs maligne). Elle peut, la plupart du temps, être réalisée en ambulatoire (vous ne passez pas la nuit hospitalisé), mais parfois une hospitalisation peut s’avérer nécessaire.

La voie d’abord endobuccale est privilégiée en cas de lithiase de la glande sub-mandibulaire (sauf lorsque l’exérèse complète de la glande est retenue).

La voie d’abord externe cervicale (par le cou) est requise pour l’ablation complète de la glande sub-mandibulaire et de la glande parotide (dans ce cas, l’incision remonte en avant de l’oreille, comme pour un lifting cervico-facial). La cicatrice sera dissimulée dans un pli du cou afin de limiter la rançon cicatricielle.

En fin d’intervention, les incisions sont refermées à l’aide de fils de suture résorbables à l’intérieur de la bouche, à l’aide de fils à retirer 10 jours après l’intervention an cas de voie d’abord externe cervicale.


Après la chirurgie de la parotide ou des autres glandes salivaires

SUITES OPERATOIRES

  • paralysie faciale transitoire si chirurgie parotidienne,
  • anesthésie du lobule de l’oreille si chirurgie parotidienne,
  • petits saignements en bouche si voie d’abord orale,
  • douleurs au niveau des zones opérées,
  • gonflements des joues et du cou,
  • difficultés à ouvrir la bouche pendant quelques jours.

Des traitements antalgiques sont prescrits afin d’atténuer la douleur, et dans certains cas des antibiotiques afin de limiter le risque de complications infectieuses. 

En cas de voie d’abord orale, l’alimentation doit être plutôt molle, froide, non épicée et non acide pendant 48-72h. L’hygiène buccale est essentielle. Un brossage des dents avec une brosse à dent souple, associé à des bains de bouche antiseptiques après chaque repas devra être impérativement observé pendant 15 jours. L’alcool, le tabac et les aliments irritants devront être évités pendant la phase de cicatrisation (15 à 21 jours).

En cas de voie d’abord cervicale, des soins infirmiers seront prescrits tous les jours jusqu’à ablation des fils. Une prise en charge par un masseur-kinésithérapeute peut être indiquée en cas de paralysie faciale afin de faciliter votre récupération.

L’arrêt de travail n’est pas systématique et est prescrit au cas par cas.

COMPLICATIONS

Celles-ci peuvent survenir, alors même que la chirurgie est correctement réalisée:

  • paralysie faciale définitive si chirurgie tumorale parotidienne avec envahissement du nerf facial,
  • hématomes et collections salivaires,
  • dépressions rétro-mandibulaire et pré-auriculaire (atténuées depuis l’utilisation de lambeaux de comblement musculaire),
  • syndrome de Frey (écoulement salivaire de faible abondance en avant de l’oreille lors des  repas),
  • risque d’infection des sites opératoires,
  • récidive lithiasique en cas d’exérèse élective d’un calcul, ou tumorale si chirurgie d’exérèse tumorale.

En cas de survenue d’une de ces complications, vous devrez en urgence reconsulter votre chirurgien. Une seconde intervention peut s’avérer nécessaire.



Retour en haut de la page

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close